La légendaire forêt de Brocéliande

le

Nous en avons entendu parler dans les légendes celtiques et les romans de la Table ronde. Les histoires liées à la forêt de Brocéliande l’ont tellement rendue légendaire qu’on en est encore à se demander s’il s’agit seulement d’un mythe ou vraiment d’une réalité. Et ce d’autant plus que de nombreux films ont été tournés autour de l’histoire du Roi Arthur. Découvrez ce lieu touristique atypique qui attire autant par sa légende que par son authenticité. Comme l’Ardèche, la Bretagne regorge d’endroits encore  peu visités, où l’on peut s’éloigner de la foule pour profiter de la nature !

Les origines de Brocéliande

Si aujourd’hui, elle est généralement appelée Brocéliande, les appellations de cette forêt ont été nombreuses. De Brocelian à Brècheliant, ou Brécilien à Bréchilien, ce ne sont pas les termes qui manquent. Le nom a des origines celtiques et il proviendrait des mots celtiques « Bré » et « Killien » qui signifient « les asiles des montagnes de Bré ».

En effet, à l’origine, la forêt de Brocéliande partait des sources de l’Ourst et du Blavet, occupant une partie du centre de la péninsule armoricaine, et allait jusqu’au Maine et à l’Anjou en passant par les monts de Menez et le littoral sud de la Bretagne.

Les plus grandes bases étaient situées entre le Menez et les rivières de l’Oust. Aujourd’hui, il n’en reste plus grand-chose et les vestiges de Brocéliande se résument aux forêts de Paimpont situés à Montfort-sur-Meu, Quintin et Saint-Brieuc.

Brocéliande, un lieu de mythes et de légendes

Les histoires autour de cette forêt la décrivent comme une prison de magiciens, notamment celle de Merlin l’enchanteur (ndlr : cet article de Temps Libre Magazine en parle très bien). La légende racontait que ce dernier y fut enfermé par la fée Viviane dans une tour magique et invisible. La forteresse serait située en forêt de Paimpont et on la présente sous la forme d’un cromlech.  Les récits des populations celtiques immigrées de Grande-Bretagne en Armorique au VIe siècle, notamment ceux de Geoffroi de Monmouth viennent corroborer cette thèse. Ce n’est pas la seule légende autour de cette forêt.

C’est aux Celtes originaires de la Gaule que nous devons la légende relative à la merveilleuse fontaine de Baranton. En effet, il était dit qu’une terrible tempête se déchainait chaque fois que de l’eau était versée sur une pierre prisonnière du bord de la rivière. Il s’agissait d’une pierre en émeraude ornée de rubis et le bassin servant à prendre l’eau, lui, était en or et attaché à une chaine. La forêt de Brocéliande, située à proximité, était alors envahie par la tempête.

De nombreux récits comme les poèmes de la Table Ronde n’évoquent pas le caractère précieux de la pierre et du bassin. Toutefois, ce détail apparait à plusieurs des ouvrages comme Yvain, le Chevalier au Lion par Chrétien de Troyes, pour ne citer que le plus connu.

Peut-être cette légende des rubis vient-elle des galets de granit rouge qui entourent la fontaine ? De l’association avec le Roi Salomon, le roi fabuleux créateur des merveilles du Temple, dont le fantôme viendra parfois se manifester sur place ?

Quoi qu’il en soit, l’aspect humble et simple de la fontaine contraste avec les pouvoirs magiques qui lui sont attribués. Elle est parfaitement représentative de l’aura de Brocéliande : lieu de promenade et de randonnées, cette forêt a toujours été l’objet d’histoires mythiques et fabuleuses et ce n’est apparemment pas prêt de s’arrêter!

Si vous souhaitez des informations supplémentaires, nous vous invitons à parcourir le site officiel de l’office du tourisme de Brocéliande : http://tourisme-broceliande.bzh/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *