Séjourner dans un couvent

le

Passer quelques jours dans un couvent, ou plus, dans le cadre d’une retraite spirituelle, a priori ce n’est pas des vacances. En réalité, si, car ce séjour va permettre de complètement sortir de notre rythme de vie habituel, de “donner congé” à nos habitudes de consommation, à notre stress, de nous recentrer sur nous-mêmes. C’est l’équivalent, immobile, du voyage dans le désert.

Quelles sont les possibilités d’accueil dans un couvent ?

L’hospitalité est une tradition religieuse de longue date. Nous ne sommes plus à l’époque où l’abbaye était un des seuls endroits sûrs où les voyageurs pouvaient s’arrêter pour la nuit, mais cette hospitalité est restée dans les règles des différentes communautés (et se pratique aussi dans beaucoup d’établissements d’autres religions dans le monde, des zaouias musulmanes aux monastères bouddhistes).

L’accueil n’est pas réservé aux membres officiels de la religion catholique, on ne vous demandera pas votre acte de baptême pour vous accueillir. Néanmoins, une participation plus ou moins importante à la vie religieuse est demandée : assister à la messe, au moins, participer à une prière collective. Si vous êtes anti-clérical militant, ce n’est pas pour vous. Dans tous les autres cas, même si vous n’êtes pas pratiquant, vous pouvez décider de voir cet office comme un temps propre à la méditation en commun. Les chants religieux sont souvent très beaux, là vous avez un concert gratuit.

Les séjours eux-mêmes sont de deux types : le séjour simple, qui est limité à une semaine, où vous bénéficiez de l’accueil du couvent et de sa sérénité, et la retraite religieuse, où vous allez participer beaucoup plus intensément à la vie du couvent (et dans ce cas, sauf dans le cas d’un séjour préparatoire à une conversion, il semble évident qu’il faut être catholique pratiquant).

Nous allons nous focaliser sur la première possibilité : un séjour de quelques jours seulement.

Qui peut décider de faire un tel séjour ?

Au delà d’une véritable retraite spirituel, on peut souhaiter se retrouver seul et en paix pour beaucoup de raisons. Faire le point sur sa vie, commencer ou finir l’écriture d’un livre, préparer des examens. Toutes ces motivations sont parfaitement valables et acceptées par les couvents.

Partir dans un couvent demande de supporter la solitude et le silence. Ce n’est sans doute pas le moyen idéal pour découvrir la méditation. Mais si vous en avez déjà eu une première expérience, si vous avez fait un voyage dans le désert, du bateau en solitaire, vous savez que vous êtes aptes à vous retrouver face à vous-même.

L’avantage du séjour dans un couvent par rapport à d’autres formes d’isolation, c’est qu’il n’exige pas une activité physique, ou un déplacement. Il est difficile de lire en marchant, par contre, dans un couvent, toutes les activités intellectuelles sont possibles : lire, écrire, ou même apprendre (silencieusement) un rôle.

L’accueil conventuel en pratique

Les modalités d’accueil dépendent des règles de la communauté et de son organisation pratique. Séparation ou pas des hommes et des femmes dans des bâtiments différents, possibilité d’avoir une chambre individuelle, une chambre partagée à deux ou trois, ou dortoir…

En dehors d’une légère participation aux travaux de la communauté – habituellement la vaisselle après les repas, un moment de convivialité partagée – et du respect des règles (le silence et les horaires), il ne sera rien exigé de vous.

Vous pouvez sortir au gré de vos envies, aller dans la bibliothèque ou rester dans votre chambre.

Si vous avez envie d’une activité manuelle, vous pouvez demander à participer aux travaux du couvent, notamment le jardinage. Au couvent, le travail est considéré comme une prière. Là encore, vous serez le bienvenu tant que vous ne distrayez pas les moines ou les moniales de leurs habitudes.

Le prix est modéré : selon les couvents et le type de séjour, le prix en pension complète sera compris entre 25 € et 35 € par jour. Le luxe ne sera pas au rendez-vous, mais votre chambre sera confortable, vous aurez de l’eau chaude et vous serez bien nourri. N’oubliez pas que les couvents sont souvent à la pointe des techniques d’agriculture biologique et prépare leurs repas avec leurs propres produits… les confitures et autres conserves qu’ils mettent en vente sont particulièrement appréciés !

Comment trouver son couvent ?

La fondation des monastères propose un annuaire de tous les couvents de France qui peuvent héberger des hôtes. Les couvents sont séparés par grande communauté (et donc par règle) et bien sûr entre communautés de soeurs ou de moines. La carte est un peu compliquée à lire, mais en sélectionnant des communautés, on a une vision moins touffue.

Toutes les communautés ne sont pas installées dans des bâtiments historiques. Mais il existe de très belles abbayes, comme la célèbre Senanque, qui accueillent des hôtes dans des bâtiments historiques de toute beauté.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *