Comment surmonter sa peur de l’avion

le

Je suis une véritable passionnée des voyages, à vrai dire j’ai même parfois cumulé plusieurs jobs uniquement pour pouvoir financer mes voyages.
J’aimerais pouvoir vivre cette passion pleinement sans stress et sans angoisse mais ce n’est malheureusement pas le cas.
Je souffre personnellement d’une peur panique de l’avion, notamment lorsqu’il s’agit de long courrier.
Je me suis durant de nombreuses années, interdit de dépasser plus de 2 heures d’avion tant l’épreuve du voyage était éprouvante pour moi.
Se priver de ce qui est une réelle passion était une véritable torture.
J’étais une passionnée de l’Asie qui ne pouvait l’admirer qu’en photo.

Comment se traduit mon stress

Chaque voyage en avion aussi court soit-il, enclenche chez moi stress, angoisse et insomnie plusieurs jours avant mon départ.
Il est vrai que le simple fait de réserver mes billets d’avion et de commencer à planifier mon périple est une réelle joie.
Je suis tout excité à l’idée de découvrir de nouveaux lieux, je choisis mes hôtels avec soin, j’imagine les photos que je pourrais prendre et les rencontres que je serais probablement amenée à faire, et c’est pour moi une véritable joie.

Cependant cet état de béatitude laisse vite place au stress de prendre l’avion.

Comment un morceau de métal aussi gigantesque peut-il tenir dans les airs ? Et si le commandant de bord à des idées suicidaire, ou s’il a abusé de la bouteille juste avant le décollage ? Si un incendie se déclare dans l’avion nous pourrions tous brûler en vol ? Le commandant de bord a peut être eut son examen au rattrapage ?

Bref, toutes ces questions tournent dans ma tête sans cesse les jours précédent le voyage, de quoi faire vite retomber comme un soufflet mon engouement.
Et je ne parle même pas de la sensation d’enfermement et le manque d’oxygène que je ressent dès que les portes du cockpit se ferment.

Il était temps d’agir

Je n’étais résolument pas décidée à me priver de ce qui me passionnait le plus dans la vie. Je n’avais pas cumulé autant de jobs durant autant d’années pour me laisser gâcher ces moments par des peurs totalement irrationnelles.
Il faut dire que j’ai essayé de nombreuses choses pour tenter de maitriser cette peur, notamment, les médicaments de type “anxiolytique” que j’ai d’ailleurs très mal toléré.
J’ai vite refusé de m’assommer de “médocs” pour prendre l’avion et me suis tournée vers des méthodes plus naturelles.

J’ai tout d’abord testé les huiles essentielles décontractante et anti-nauséeuse, car bien-évidemment mon stress me générait des nausées et vomissements qu’il fallait aussi gérer.
Les effets des huiles essentielles ont été assez efficace pour les nausées, mais en ce qui concerne le reste, rien à faire le problème était trop profond. Les émotions restaient trop forte pour être maîtrisée par quelques gouttes d’huiles essentielles.

Je me suis donc tournée vers la sophrologie. C’est un art qui aide à maîtriser les émotions et le stress de manière assez surprenante.
On vous met dans un état quasi d’hypnose, et un travail de mise en situation et de désensibilisation est fait lorsque vous êtes à un niveau de conscience proche de celui du sommeil.
Ma sophrologue m’a appris à respirer et à me rapprocher de cet état seule afin que je puisse maîtriser la monté de mes angoisses.
Ce fut une réelle révolution pour moi.

Il a fallu que j’ajoute à cela la prise de fleurs de Bach qui sont des élixirs floraux qui aident à gérer les émotions.
J’ai donc pris le complexe de Bach anti-stress les jours précédents le départ, et, bien évidemment le remède de secours avec moi dans l’avion en cas de montée de panique durant le vol.

J’avoue que j’ai été agréablement surprise par l’efficacité de la combinaison sophrologie et fleurs de Bach.

Je ne peux pas dire que désormais, je prend l’avion en sifflotant, mais j’arrive à prendre l’avions plus de 2 heures sans me retrouver dans des états de panique ingérables.
Preuve de l’efficacité de cette méthode, j’ai réussi à faire mon 1er voyage en Malaisie avec une escale de quelques jours à Dubaï, ce qui fut pour moi un réel exploit.
je suis restée 6h coincée dans l’avion, sans crise de larme ou de panique, une sacrée victoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *